Vous faites quoi de la diversité culturelle ?

J’entends ici ou là, lors d’organisation d’évènements festifs dans certains quartiers Nantais, ce genre de réflexions : « il ne faut pas que cela se rapporte à Noël » ou « mais c’est en période de Ramadan, on ne pourrait pas changer la date de la fête ? ». C’est par ce genre d’état d’esprit que l’on ouvre la porte à tous les amalgames et à la stigmatisation d’habitants, à cause de croyances qui sont propres à chacun ou de différences culturelles. Si nous voulons construire le vivre ensemble, cela passe forcément par l’acceptation de l’autre, par la rencontre à travers nos cultures, par l’adaptation des uns et des autres en fonction de nos différences. Le « bien vivre ensemble » n’a pas de place dans la peur de l’autre ou dans nos origines diverses. Nantes est riche de sa diversité et nous ne voulons pas que cela change. Je me demande pourquoi ces idées ont germées dans la tête de certaines personnes en charge de l’animation de différentes structures dans les quartiers Nantais. Sans doute un « principe de précaution » de territoires en zone sensible multiculturelle… Mais soyons réaliste, la meilleure façon de lutter contre toutes les dérives extrêmes que l’on connaît, c’est de vivre dans la République, chacun avec nos différentes, mais toujours ensemble ! 

La polémique au coeur de l'attentat de Nice ! J'ai honte et vous ?

Jour après jour, les polémiques sont de plus en plus présentes après l’attentat de Nice. Cela est la preuve que les partis politiques traditionnels dit « de pouvoirs » sont plus que pourris en leur cœur. La France est meurtrit et la seule chose que nous observons, c’est que ces « responsables politiques » ne sont pas à la hauteur de leurs responsabilités. Le peuple Français se sent de plus en plus manipulé, dans un contexte lié à des choix politiques hasardeux de la part des partis de gouvernements. Il est tant que tout cela cesse, sans quoi nous ne sommes pas prêt de retrouver la sécurité que tout être à le droit comme définit dans l’article n°3 de la Constitution Française « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne », La liberté d’ailleurs, cette pensée que bon nombre d’hommes et de femmes politiques font semblant de défendre. La seule chose qui les intéresse c’est le pouvoir et les avantages qui y sont liés. Quand on voit ce qui se passe en Turquie et le silence de la part de ces mêmes dirigeants en France, mais aussi dans le reste de l’Europe, je pense qu’ils n’ont pas de leçon à nous donner à longueur de temps. Mais ce n’est pas pour cela qu’il faut céder à la peur et à se réfugier dans les partis dit « extrêmes », dont je tairais les noms, tellement ils n’ont aucun honneur à mon esprit. Si la France veut sortir de cette crise très grave, c’est bien aux citoyens de se lever ou de se « relever », afin de redonner la grandeur perdue à notre pays. La vie, la liberté et la sûreté ne doivent être confié à personne qu’à nous même. En 2017, votre engagement et vos choix seront cruciaux pour notre avenir et pour celui de la France !

Laurence Garnier s'attaque au Festival Cinépride à Nantes !

Après avoir retiré la subvention du Conseil Régional des Pays-de-la-Loire au festival Helfest, voilà que Laurence GARNIER en charge de la culture s’attaque au festival Cinépride à Nantes. Celui-ci organisé par le centre LGBT doit se dérouler du 31 mai au 7 juin, au cinéma Katorza. Le motif invoqué est que le centre LGBT a animé une rencontre-réflexion sur le thème de la gestation pour autrui (GPA). La vice-présidente à la culture n’admet pas la tenue d’une réunion d’information sur ce thème dans les locaux du centre LGBT au mois de novembre dernier, sous prétexte que la GPA est interdite en France. Mais sauf erreur de ma part, la discussion et la réflexion ne sont pas interdite par la loi Française… Si on ne peut plus discuter de ce qui est interdit, il faut aussi supprimer les interventions sur la drogue dans les collèges et les lycées, ainsi que sur tous les sujets dont l’acte est répréhensible par la loi ! Quelle démagogie de la part de la nouvelle majorité du Conseil Régional, cela me fait presque pitié de voir comment la capacité de discernement des élus LR et de ses alliés est étriqué. La société Française évolue et se fragilise à la fois, mais bien souvent à cause d’acteurs politiques ayant une vision passéiste des situations auxquelles cette dernière est confrontée. Une fois de plus les élus majoritaires du Conseil Régional, avec à sa tête son président Bruno RETAILLEAU, stigmatisent par leur décision une partie de la population. Cela ne va en tout cas dans le sens de la compréhension de l’autre et du bien vivre ensemble. Il sera toujours temps de s’en souvenir le moment venu !

Soutien aux journalistes des rédactions locales d'informations - NDDL

Par soutien aux journalistes des rédactions locales d'informations, je publie ici dans l'intégralité le texte édité sur le site du Club de la Presse Nantes Atlantiques. Les méthodes de propagande utilisées par le Conseil Régional des Pays de la Loire sont condannables d'un point de vu de l'éthique en politique, que tout citoyen est en droit d'attendre de ses élus.

 

Soutien aux journalistes des journaux de l’Ouest

Soutien aux journalistes des journaux de l’Ouest

Suite à la diffusion d’une campagne de publicité du Conseil Régional des Pays de la Loire appelant à l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, et suite aux multiples pressions que subissent les rédactions de Presse Océan et Ouest France ce vendredi 5 février, le Club de la Presse Nantes Atlantique tient à réaffirmer son soutien aux journalistes des médias concernés.

Face à cette actualité très politique, ils ont fait preuve d’un grand professionnalisme en exigeant qu’il soit indiqué en en-tête le mot « publicité » (et non « publi-communiqué », comme le souhaitait la Région), mais aussi en réaffirmant leur indépendance et le respect des différentes opinions dans différents encarts explicatifs. A nos yeux, ces initiatives prouvent l’honnêteté professionnelle de ces équipes, et nous les en félicitons.

Le CPNA dénonce également les multiples pressions que ces journalistes subissent depuis beaucoup trop longtemps sur ce sujet, pressions qui ne font que montrer le peu d’attachement aux principes démocratiques de ceux qui en sont à l’origine. Aucune menace sur la personne des journalistes, quel que soit le contexte, n’est acceptable.

Le Club de la Presse Nantes Atlantique
Nantes, le 5 février 2016

 
Notre-Dame-des-Landes : la pub de trop

Les directions d’Ouest-France, de Presse Océan, du Courrier de l’Ouest et du Maine Libreont fait le choix, ce vendredi 5 février, d’accepter l’argent du conseil régional des Pays de la Loire, et donc du contribuable, pour porter un message clivant et provocant sur le dossier délicat du projet d’aéroport à Notre-Dame-des Landes.

Il s’agit d’une publicité « exigeant l’évacuation de la Zad ». Elle doit être publiée à nouveau mardi et être reprise sur le site Internet d’Ouest-France et de Presse Océan.

Dans des conditions déjà difficiles et tendues, les journalistes d’Ouest-France et de Presse Océan s’emploient depuis des années à traiter ce sujet avec rigueur, équilibre et impartialité. Dans le cadre de cette couverture, des menaces ont pourtant déjà été proférées et du matériel dégradé.

L’amalgame et la confusion que provoque cette publication payante du conseil régional des Pays de la Loire se confirme dès ce jour sur les réseaux sociaux et lors des appels téléphoniques dans les rédactions.

Dans les deux titres de presse concernés, les organisations syndicales représentatives de journalistes dénoncent cette confusion des genres, la mise en cause de l’indépendance des journalistes et le danger qu’elle leur fait désormais courir physiquement.

Ces organisations demandent aux directeurs de publication des journaux le retrait de ces publicités des prochaines publications papier et Internet.

Le 5 février 2016

Le "service minimum migratoire" de nos dirigeants...

24 janvier 2016

Le problème des migrants est laissé de côté par nos dirigeants, peut-être par simple forme d’impuissance à trouver des solutions. Ils se contentent de faire un « service minimum migratoire » !

Pendant ce temps-là, les ONG (Organisations Non Gouvermentales) se battent au quotidien pour donner un peu de dignité à ces femmes, ces hommes, ces enfants. Ces migrants qui ont fui leur pays non par choix, mais par obligation, alors que la guerre fait rage dans ces zones géographiques du monde. Cela d’un autre côté arrange bien les responsables de certains pays d’origine de laisser migrer leur population,  en espérant simplement par cela déstabiliser nos institutions Européennes. Mais que fait l’Union Européenne d’ailleurs ? Comment ne s’est-elle pas préparée à cette immigration massive ? Schengen est-il l’accord adapté au vu de la situation actuelle ? Autant de question que nous sommes en droit de nous poser. Ce qui se passe du côté de « la jungle » de Calais est intolérable et inacceptable ! Les migrants ont déjà tenté le tout pour le tout afin d’arriver là, alors pourquoi s’arrêteraient-ils en chemin sans essayer de prendre d’assaut un ferry pour rejoindre l’Angleterre ? François HOLLANDE et  son Gouvernement  doivent de façon urgente agir afin de régler ce dysfonctionnement au sein de l’Europe. Car la solution ce n’est pas la France seule qui pourra la trouver, mais l’Europe au nom de la solidarité. Alors que l’inaction a déjà trop perduré, si rien n’est fait de façon imminente et durable, les beaux discours de la France patrie des Droits de l’Homme n’auront plus aucun sens ni aucune valeur.

Stop à la négligence !

16 janvier 2016

Certaines personnes insouciantes laissent trainer ici ou là des sacs, des valises, des cartons et autres objets, obligeant à mettre en place des mesures de sécurité dans le cadre du plan Vigipirate. Alors que bien souvent cela est dû à de la négligence et de la maladresse, ces phénomènes à répétition engendre angoisse et panique auprès de la population. La situation vécue par les attentats récents devrait amener chacun et chacune à une vigilance accrue, afin de limiter ces fausses alertes intempestives que Nantes et d’autres villes connaissent en permanence. Hier c’est le quartier du Bouffay qui a dû être évacué, une autre fois ce fût la gare, un autre jour un établissement scolaire ou le tramway ! Il est temps que chacun prenne la mesure de ces négligences récurrentes, sur l’impact émotionnel de ces fausses alertes. Cela serait déjà une première mesure de respect du bien vivre ensemble ici à Nantes et partout…

Nantes : une communication en cache une autre !

12 janvier 2016

Les publications de la ville de Nantes et de Nantes Métropole se multiplient à grande vitesse. A croire que le budget communication de ces deux collectivités n’est soumis à aucune restriction !

Des journaux papiers, aux sites internet dédiés, en passant par les réseaux sociaux, tout est fait pour laisser croire que tout va bien dans le meilleur des mondes. On n’hésite pas à vous sortir le grand jeu, pour vous faire aimer les choix de la municipalité et de Madame Le Maire - Présidente de Nantes Métropole ! Quitte à édulcorer certains sondages autour de l’aménagement de telle ou telle place, de faire un semblant de concertation citoyenne ou de vous faire fantasmer sur tel ou tel projet d’aménagement. Mais les Nantais et les Nantaises sont clairvoyants et pas dupes de toutes ces supercheries. Cela est sans doute pensé par des agences de communication au service de la majorité municipale et non à celui des habitants. La ville de Nantes  se résumerait-elle ainsi à la grandeur de projets parfaits et dont les habitants devraient remercier ses élus ? A continuer ainsi, en 2020 lors des élections municipales ce sera : « à votre bon cœur Messieurs Dames ! ».

Les bureaux des projets... Une vraie bonne idée ?

6 janvier 2016

 

La municipalité socialiste de Nantes s’est lancée une drôle d’idée… Créer un « bureau des projets » dans les 11 quartiers, en mixant deux mesures, le Fond d’Initiative Locale et le Fond d’accompagnement aux projets émergents.

 

Ces deux mesures avaient pour volonté respectivement, de soutenir  les petits projets des habitants, des associations et les actions innovantes ou expérimentales. Les financements étaient à priori obtenus de façon transparente et dans une neutralité nécessaire dans la méthode d’attribution. Ce qui ne sera sans doute pas le cas avec ce fameux « bureau des projets », qui rassemblera dans chaque secteur de la ville, des élus, des habitants et des associations. Ceux qui pourraient être « initiateurs de projets » et de demandes de financement vont se retrouver « décideurs » de soutien de tel ou tel projet. Je pense simplement que cette initiative pourra être génératrice de conflit d’intérêts et ce n’est pas difficile de l’imaginer. Le conflit d’intérêts est une situation de fait dans laquelle se trouve placée une personne face à deux intérêts divergents, un intérêt général et un intérêt particulier, devant lesquels il a un choix à faire. Ces personnes présentes dans ce « bureau des projets » se trouveront inévitablement à un moment dans des situations de  conflits d’intérêts susceptibles d’entraîner des faits constitutifs d’infractions pénales, notamment par la notion de favoritisme. La ville ne pouvant pas garantir une notion d’indépendance de cette instance. Je me demande comment la municipalité en place ne se pose pas ce genre de question d’un point de vue juridique. Cela ne me semble pas très conforme légalement et cette idée mérite une réelle remise en question !

SoNantes la monnaie locale trébuchante...

30 décembre 2015

SoNantes la monnaie locale Nantaise lancée il y a quelques mois fait attendre ses objectifs fixés. Cette monnaie « virtuelle » a été inspiré d'un modèle Suisse, la monnaie locale de la Banque Wir, créée en 1934, qui c’est vrai a montré une certaine efficacité dans l’économie Suisse à cette époque.

Mais nous sommes 81 ans plus tard, en France, à Nantes, dans un contexte économique bien différent et un pouvoir d’achat bien en deçà de celui du peuple helvétique. Alors, après avoir investis 2 millions d’Euros dans le capital de la société qui a été créée sur les fonds propres du Crédit Municipal, les 800 000 € dépensés autour du lancement de la monnaie, financés à hauteur de 350 000 € par l’Europe, c’est maintenant des frais de fonctionnement approximatifs de 600 000 € par an ! A ce jour, l’on compte environs 300 entreprises de Nantes et de la métrople qui ont adopté cette monnaie locale, alors qu’il faudrait qu’en trois ans, 3000 entreprises rentrent dans ce concept monétaire, afin d’atteindre un équilibre financier.  Les années qui viennent seront décisives pour savoir si les sommes investies étaient à la mesures des attentes escomptées… Mais on peut se poser légitimement certaines questions. Il faut sûrement éviter d’investir sur des mesures dans l’air du temps, mais sur des besoins concrets, que ce soit tant au niveau économique que dans d’autres domaines ! La monnaie SoNantes risque d’être une monnaie pas sonnante mais trébuchante ! Ceci malgré les espoirs de Jacques Stern, directeur du Crédit municipal et des élus de la majorité municipale.

La culture Nantaise à la mode socialiste !

26 décembre 2015

La culture à Nantes est certes riche, mais ce ne sont pas les Nantais et les Nantaises qui en profitent en premier lieu.

Celle-ci est trop déconnectée des attentes des habitants et correspond simplement à une volonté de prestige, où l’on nous vente les vertus économiques de certains évènements, tel le « Voyage à Nantes » ! La manifestation le plus vecteur d’image au niveau de la ville est sans aucun doute « Les Folles Journées » et elle tient une place à part dans le cœur des Nantais.

Alors après avoir récupéré certaines fêtes de quartiers ils y a quelques années, la municipalité socialiste en a fait un « Festival des Scènes Vagabondes » depuis l’été dernier. Ces fêtes de quartier qui étaient le signe d’un véritable lien social ont été dénaturé de leur fonction première. Madame le maire de Nantes aurait-elle par cela voulu implanter la « culture bobo » dans les quartiers de notre ville ? Pour la municipalité, il s’agit de politique culturelle de proximité. Tout cela reste à démontrer, mais ce n’est pas la mise en place d’une fête triennale autour de la Loire qui rapprochera la culture des habitants. Un audit externe serait sans doute la meilleure façon de vérifier les moyens engagés et leur efficacité en termes d’apports culturels auprès des habitants.

Développer la culture certes, mais cela ne doit pas se faire pour favoriser le travail de certaines personnes proche de la municipalité soit dit en passant, au détriment des véritables attentes d’une population trop souvent éloignée des circuits culturels. Le moment viendra de remettre à plat la politique culturelle de la ville de Nantes et d’en faire en priorité une réponse culturelle pour les Nantais et les Nantaises !

NANTES - Budget de la ville 2016

18 décembre 2015

Le budget de la ville de Nantes vient d'être présenté. Objectif 10 millions d'Euros d'économie, pour compenser en autre la baisse de la dotation de l'Etat aux collectivités. Nantes Métropole est également concernée.

Pour se faire, Johanna ROLLAND envisage de diminuer la masse salariale et les subventions aux associations. Toutes les associations ? Ces dernières sont très inquiètes, car pendant longtemps les socialistes ne reculaient devant rien au niveau des subventions aux associations, pour assurer une communication intensive par leur biais. Johanna ROLLAND risque de faire tomber un pan du mur, sur lequel les socialistes Nantais s'appuyaient sans relâche. Mais les temps changent... A moins qu'une sélection drastique des associations, sur des critères incertains, soit faite par la ville ? Pourtant bon nombre de ces associations  ont une valeur plus importante, celle de créer du lien social et de faire émerger des idées et des projets nouveaux.

Concernant la masse salariale, je ne pense pas que la ville emploi trop d'agents, afin d'effectuer des missions aussi diverses que nécessaires. Il suffit de lire la presse en ce moment et voir les agents des Ehpad(1) en grève. Ces agents sont en souffrance à cause d'une surcharge de travail, provoquant un épuisement professionnel. Sans compter que les résidents ne reçoivent pas tous les soins de confort qu'ils sont en droit d'attendre de ce type d'établissement.

Il n'est pas rare de rencontrer un certains nombre d'agent d'autres services, se plaindre de leurs conditions de travail. Ils sont les premiers à recevoir les plaintes et les doléances de la part des Nantais et de Nantaises. Diminuer le nombre d'agents, est-ce "rendre la ville plus facile", comme l'a répété sans cesse Johanna ROLLAND durant sa campagne municipale de 2014 ?

Aussi bizarre que cela puisse paraître, on ne parle pas de diminution des frais de communication de la municipalité. Les agences de communication n'aurait donc pas de soucis à se faire à priori ! Mais les temps changent...

(1) Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes.